Denis Sassou-N’Guesso : Plaidoyer pour une « citoyenneté responsable »

0
73

Les cérémonies de présentation de vœux au président de la République se succèdent mais ne ses ressemblent pas au regard du contenus des échanges. Preuve : devant le « forces vives » de la nation, Denis Sassou-N’Guesso a eu des propos autres que ceux prononcés face au Corps diplomatique et aux corps constitués nationaux.

«Le Congo se construit, se transforme et poursuit sa marche vers le développement, malgré la morosité de la conjoncture économique et financière actuelle», a-t-il déclaré, le 6 janvier 2017, en réponse à Céphas Germain Ewangui, coordonnateur de la Fédération congolaise des droits de l’homme (FECODHO) et du Réseau national des organisations de la société civile (CORAGED).

La crise économique que vit le Congo avec, en toile de fond, les négociations avec le Fonds Monétaire International (FMI) rendent les populations pessimistes. Représentants et défenseurs des intérêts d’une catégorie des Congolais, les acteurs de la société civile attendaient des assurances du chef de l’Etat.

«Vous êtes optimiste, très optimiste monsieur le président, nous partageons avec vous cet optimisme», a indiqué Ewangui avant d’ajouter : «Nous avons pris bonne note, monsieur le président, et compris qu’il est impossible de construire une nation solide et prospère sans départir des antivaleurs».

Les forces vives de la nation ont aussi salué l’accord de cessez-le-feu et de cessation des hostilités dans le département du Pool signé le 23 décembre dernier à Kinkala. Elles suggèrent que «les négociations à engager avec ceux qui ont pris les armes pour défier leur propre Etat, se mettant malheureusement en marge des lois et règlements de la République, tiennent absolument compte, non seulement de la nécessité d’un règlement définitif de cette crise en prenant toutes les précautions qu’il faut, mais aussi du respect des principes généraux de la démocratie, fruit de longue lutte de l’ensemble du peuple congolais».

Pour une citoyenneté responsable

Denis Sassou-N’Guesso a interpellé les formations politiques et les mouvements associatifs qui doivent intégrer les fondamentaux de l’instruction civique pour participer à l’éclosion et à la consolidation d’une citoyenneté responsable.

«Dans ces conditions, l’on ne pourrait concevoir qu’une formation politique […] qui invite à la violence sans nier le socle de la sa propre existence. Les présentes directives s’adressent tant à l’opposition qu’à la majorité présidentielle, la communauté nationale à parfaire étant une et indivisible, au-delà de la diversité des idéaux et des opinions», a déclaré Denis Sassou-N’Guesso qui en appelait ici à une démocratie participative.

Il leur a rappelé l’impérieux devoir des responsables politiques de léguer à la jeunesse une nation prospère, débarrassée des pesanteurs et comportements déviants. Il a indexé les confessions religieuses sur leur responsabilité de prévenir les jeunes contre le diable, les tentations diverses et les fléaux qui prennent de plus en plus corps dans le pays.

Audite Ntsikabaka

Publicités

Laisser une réponse

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom ici