Crise politico-économique : Les conseils de Guy Brice Parfait Kolelas 

0
131
Guy Brice Parfait Kolélas (images d' archives)

La crise économique et la situation du Pool que connaît le Congo ont dominé la conférence de presse du 17 novembre dernier à Brazzaville.

Président de l’Union démocratique humaniste (UDH)-Yuki, parti de l’opposition, Guy Brice Parfait Kolelas, pense que la seule voie de salut pour le Congo est celle de l’activation du Conseil national du dialogue comme organe de concertation, d’apaisement et de recherche de consensus. Un organe prévu dans la Constitution du 06 novembre 2015 en ses articles 227 et 228.

«Il ne s’agit pas ici d’une quelconque lutte pour le fauteuil de président de la république, que vous occupez ; mais il s’agit du Congo et de l’avenir des Congolais. Monsieur le président, les Congolais doivent se parler afin de mettre un terme aux supplices qui ne font que commencer, mais qui peuvent cependant faire vaciller les fondamentaux de la République. Monsieur le président de la République, j’entends monter dans le lointain la grogne sociale», a indiqué guy Brice parfait Kolélas.

L’orateur a aussi demandé la mise en place de la commission justice-vérité et réconciliation. «A cette commission chacun pourra dire sa part de vérité sur ce qu’il sait dans la crise que traverse le pays, en général, et sur celle dans le département du Pool. Car, dans le Pool, il n’y a pas d’usine de fabrication d’armes. Qu’on nous donne les numéros des séries de ces armes», a-t-il indiqué en substance.

Le dialogue que revendique Guy Brice Parfait Kolelas est très différent de celui que réclame depuis toujours l’autre franche de l’opposition congolaise. «Nous devons tout faire pour aller au dialogue. Nous devons sauver cette maison qu’est le Congo sans convoiter le fauteuil du chef de famille», a déclaré l’orateur.

En donnant son point de vue pour juguler la crise, il ne rejette pas en bloc les initiatives prises par le gouvernement dans le cadre du Programme national du développement (PND). Cependant, il reste sceptique devant ce vide constaté dans les caisses de l’Etat. «Mais dans tout cela, où est la ressource ? Les caisses de l’Etat sont vides et même l’élargissement envisagé de l’assiette fiscale ou encore les mesures de relance économiques par la consommation prévue vont se heurter aux nombreux obstacles et limites tels que la non-diversification de l’économie, la prédominance du secteur informel, la faiblesse de la bancarisation des ménages et autres acteurs économiques», a-t-il indiqué.

Ses quatres questions sur le Pool

Kolélas a d’abord signifié le respect qu’il a pour le comité des sages qui a été reçu par le chef de l’Etat en vue de sortir le département du Pool de l’abîme dans lequel il est plongé.

Seulement, quatre questions lui viennent à l’esprit : «Est-ce que ceux qu’on prétend sortir des forêts du Pool sont les vrais combattants ? Quelles sont les dispositions sécuritaires prises pour éviter le syndrome du Beach de Brazzaville ? Est-ce que la démobilisation de ces jeunes en armes ne peut pas se faire autrement qu’en les amenant dans des cantonnements à Brazzaville ? Quelles sont les dispositions envisagées pour reconstruire et reloger les populations sinistrées du Pool ?»

Il a conclu sa conférence de presse en appelant à l’arrêt définitif de la question du Pool afin qu’elle ne ressurgisse plus jamais tout en évoquant une démarche ouverte et concertée. Cela passe, à en croire Kolelas, par des assises qui réuniront les entités et personnalités ressources nécessaires pour définir des grandes lignes du retour à la paix.

Audite Ntsikabaka

Publicités

Laisser une réponse

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom ici