Crise en Libye : Et si on impliquait les chefs de villes et tribus ?

0
108

Plus qu’une question, il s’agit d’une sollicitation. Et ces derniers, regroupés au sein du Haut conseil des villes et tribus libyennes, ont fait le déplacement de Brazzaville pour en parler avec le président du Comité de haut niveau de l’Union africaine sur la Libye, Denis Sassou-N’Guesso.

Les discussions ont eu lieu au centre de conférences internationales de Kintélé, le 26 novembre 2017. La délégation libyenne était conduite par Ageli Abdulslam Breni. Une démarche qui intervient à quelques jours du cinquième sommet du Comité de haut niveau prévu le 9 décembre prochain à Addis Abéba.

Fort de sa légitimité en tant que force sociopolitique d’envergure, ce haut conseil des villes et des tribus trouve en Denis Sassou N’Guesso, toutes les qualités pour sa reconnaissance internationale afin d’être un partenaire à part entière dans le processus de résolution de la crise libyenne.

Des lamentations

La situation en Libye s’aggrave au jour le jour, a rappelé le président du Haut conseil des villes et tribus libyennes au président du comité de haut niveau sur la Libye. « Les gouvernements successifs ces sept dernières années ont tous échoué dans la protection des citoyens contre la violation graves et les crimes horribles contre les femmes, les personnes âgées les enfants et les populations non armées. Ces violations peuvent être qualifiées de crimes de guerre. A ceci, s’ajoute l’exploitation sauvage de ressources du pays par les milices et les groupes armés. Ces pratiques embarrassent la Libye », s’est lamenté le président Ageli Abdulslam Breni.

L’occident indexé

Dans son exposé sur la triste réalité que traverse le pays, Ageli Abdulslam Breni désigne «  l’occident », comme le canal par lequel, le drame est arrivé et qui, malgré tout, perpétue le désordre dans leur pays. La Libye raciste est « l’accomplissement parmi les accomplissements après l’invasion que l’occident a menée contre un pays stable…C’est l’occident qui continue à alimenter la guerre civile et à installer les immigrés clandestins sur les terres libyennes…Toutes les crises ont été causées par l’occident et ses agents arabes et étrangers… L‘ancien président français Nicolas Sarkozy est à l’origine de la destruction de la Libye, parce que la Libye a été détruite par l’Otan avec à sa tête la France, la Grande Bretagne, l’Italie », précise-t-il.

L’espoir au bout du compte

Le Haut conseil ne désespère pas. Il fait confiance à l’Union africaine, à son comité de haut niveau sur la Libye et au président dudit comité dans leur capacité de mener à bon port, le processus de résolution de la crise libyenne. «  Notre pays sera récupéré », déclare-t-il, optimiste. Pour qu’il en soit ainsi, le haut conseil des villes et tribus libyennes demande au président Denis Sassou-N’Guesso de continuer à aider la Libye. « Notre espoir est que vous puissiez nous aider. Nous avons besoin du soutien de l’Union africaine pour la libération de notre pays. Nous demandons la reconnaissance officielle du Hctvl par l’es membres de l’Ua et la communauté internationale ».

« Je suis disponible »

En réponse à cette sollicitation, le président Denis Sassou N’Guesso «  renouvelle sa disponibilité à poursuivre les efforts nécessaires pour la réconciliation nationale en Libye ». Aussi, précise-il, « nos consultations nous ont davantage convaincu de l’importance des chefs de tribus que vous êtes, en tant qu’autorités morales dépositaires de la sagesse traditionnelle. Des échanges, il nous est apparu la nécessité de votre implication dans le processus de résolution de cette crise. Vous êtes une partie importante de la société libyenne et vous devez continuer à vous investir dans l’œuvre de retour de la paix. C’est pourquoi, je reste optimiste ». Pour le président du comité de haut niveau sur la Libye, la réunion du haut conseil des villes et tribus libyennes à Brazzaville, s’est révélée comme un pas supplémentaire pour évoluer vers le dialogue inter-libyen.

Charles Martin Mbemba

Publicités

Laisser une réponse

Veuillez saisir votre commentaire
Veuillez saisir votre nom ici